bandeau haut
 
 
 
 

 

 

 

LOGO

L’association tauromachique de Fréjus communique

 

la lidia 

 


La salle du restaurant « La Farigoule » a accueilli, pour leur deuxième rendez-vous du mois, les adhérents de l’association tauromachique « La Lidia » de Fréjus dans le cadre d’un nouveau dîner débat avec une personnalité du « mundillo ».

Même si certains fidèles étaient absents et en partie excusés par le président Jean-Luc Martino, à cause de la finale de la Ligue du ballon rond opposant notre équipe méridionale préférée à celle de la Gironde dont le vin fait autorité sur nos tables, la soirée n’en fut pas moins passionnante pour autant.

Après avoir présenté notre invité d’un soir, le journaliste et critique taurin Christophe CHAY, le président a commenté le judicieux article paru dans notre presse régionale en se réjouissant de l’avancée réelle des travaux de réhabilitation de nos chères arènes qui pourront accueillir de 4500 à 9000 aficionados en fonction des étapes prévues. Quant à la question de savoir si le sénateur-maire de Fréjus, Mr Elie Brun, annoncerait si les corridas reprendraient oui ou non à la fin des travaux, les adhérents à la ferveur taurine ont eu le privilège d’avoir la réponse in-vivo dans ce même lieu, sans avoir nullement l’obligation d’être experts en zoologie et encore moins de connaître tous les noms de volatiles sous-entendus dans l’article d’un journaliste troublé certainement par l’entre-deux tours des élections régionales.

«  Je ne serai pas le maire qui supprimera les corridas à Fréjus ! «  a rappelé un adhérent dont la mémoire ne peut être mise en doute lorsqu’il évoque son premier magistrat préféré … » La ville de Fréjus n’a-t-elle pas été dignement représentée par son dernier président de la commission taurine en fonction, Claude Larguèse, à la récente réunion de l’Union des Villes Taurines de France sous l’impulsion de notre maire ? « lance un autre concitoyen tout aussi serein ! …Et puis le maire nous ouvrira les portes lors des prochaines journées du patrimoine afin que l’on constate le bon avancement du chantier qui prévoit les aménagements nécessaires à l’existence de la corrida telle qu’elle se déroule dans les arènes de Nîmes (qui a servi de référence à l’architecte des monuments historiques totalement néophyte dans l’art d’entre les deux cornes) .

Après cette brève parenthèse, on peut qualifier de captivante l’intervention de Christophe CHAY, car la proximité avec notre invité du jour a permis aux aficionados du forum de Jules de l’écouter dans une intimité rare, et d’y déceler de réels moments forts d’émotion et d’humanité.

la lidia

Bien qu’ayant un père du même nom, mais prénommé Robert, très impliqué dans le milieu du ruedo de longue date et connu de toute l’aficion, Christophe , lui, n’a jamais été trempé dans le chaudron de la passion magique ! …Et son âme initiale de musicien en devenir l’avait définitivement, du moins dans sa prime jeunesse, rendu insensible à la cause taurine et indifférent à l’enthousiasme cultuel de ses parents … même si les clameurs de l’amphithéâtre romain d’Arles parvenaient à ses oreilles certaines après-midi de fiesta brava, tant elles étaient proches de sa ruelle.

Et puis un jour… harponné par l’impulsif Robert Margé …moins d’une demi heure avant le paséo pour remplacer au pied levé un musicien bien inspiré, il se retrouve assis sur les gradins au milieu d’autres déchiffreurs de solfège …obligé d’assister entre deux morceaux de musique …à la grâce et à la générosité de Christian Montcouquiol alias « Nimeno II «  qui le fait littéralement basculer dans la passion , un mois avant que le maestro nîmois le plus célèbre de la planète Corrida ne bascule, lui, sous la corne de « Panolero » un soir de septembre.

Quelques mois après, ce journaliste taurillon en herbe composait ses premières notes …écrites cette fois ci ! , pour ne plus s’arrêter de commenter la magie du spectacle et rapporter , à son tour, les clameurs de la foule ainsi que les ballets de capes jadis ignorées.

Menant de front des études littéraires soldées par un doctorat en lettres et des activités journalistiques taurines où il a brillamment juxtaposé ces mêmes lettres …Christophe CHAY est devenu aujourd’hui rédacteur en chef à TELE MIROIR où il perpétue cette quête de la perfection, du courage, avec une visée esthétique que l’on nomme Tauromachie, dernier rituel sans nul doute qui oppose un élégant bipède à un quadrupède fascinant dont le statut d’animal par excellence date déjà du culte de Mithra .

Magnifiques ! les montages vidéo montrés durant la soirée ….alliant images et musique pendant la lidia….des heures de travail et des années d’aficion ! merci Christophe et à bientôt !

Prochain rendez-vous pour les aficionados fréjusiens : déjeuner à Arles pendant la féria pour ceux qui auront la chance de se déplacer.

(communiqué)

 

 

 

 

RETOUR

 

occterra